ARMORIAL DE L'EMPIRE FRANÇAIS - M. ALCIDE GEORGEL - 1869

Médecins et chirurgiens

Un texte téléchargé depuis le site de la Bibliothèque Nationale de France

Armes: blasons et parfois cimier, légende et devise, tenants et supports et autres ornements extérieurs.

Nous offrons aujourd'hui aux lecteurs de la Revue, l'Armorial des médecins et chirurgiens, qui reçurent des titres nobiliaires de 1808 à 1815. Nous y avons joint les noms de quelques médecins, anoblis sous la Restauration.
Si les trente-sept noms dont se compose notre Catalogue ne comprennent pas toutes les notabilités médicales de la première moitié du XIXe siècle, ils appartiennent du moins à des personnages célèbres dans la pratique et l'enseignement de l'art de guérir, dont plusieurs ont laissé dans leurs fils de dignes représentants de l'illustration paternelle.

AUVITYchirurgien des Enfants de France. Chevalier de l'Empire. (Lettres patentes du 2 avril 1812.)D'azur, à deux palmes en sautoir d'argent surmontées au deuxième point en chef d'une étoile d'or, flanquées et accompagnées de trois têtes d'enfants nouveau-nés de carnation, les deux en flancs affrontées, celle de la pointe posée en fasce; champagne cousue de gueules du tiers de l'écu, chargée du signe des chevaliers légionnaires.
BARAILONdocteur en médecine. Chevalier de la Réunion (21 février 1814).Parti, au 1, de gueules chargé en abîme d'un E d'argent surmonté d'un filet alaisé mis en fasce du même, et accompagné de six palmes de sinople posées en orle; au 2, d'azur à la verge de sable accolée d'un serpent d'or; champagne cousue d'azur du tiers de l'écu chargée du signe des chevaliers de l'Ordre de la Réunion, qui est une étoile à douze rais d'or.
BOURDOIS DE LA MOTTEmédecin des Enfants de France. Chevalier de l'Empire (27 février 1812).Parti, au 1, d'azur au portique ouvert à deux colonnes d'or, sommé d'une grue avec sa vigilance du même; au 2, d'argent à trois barres d'azur; champagne de gueules du tiers de l'écu chargée du signe des chevaliers légionnaires.
BOUSQUETchirurgien major au 25e de ligne. Chevalier de l'Empire (16 mai 1813).De sable, à l'épée haute en pal d'or accolée d'un serpent d'argent; fasce de gueules du tiers de l'écu chargée du signe des chevaliers légionnaires, brochant sur le tout.
BOYERAlexis, premier chirurgien de l'Empereur, etc., né à Uzerche, le 27 mars 1760, mort le 25 novembre 1833. Baron de l'Empire (31 janvier 1810). Donataire.Écartelé, au 1, d'azur à la main appaumée d'or; au 2, des barons officiers de la maison de l'Empereur; au 3, de gueules à la verge en pal d'or, tortillée d'un serpent d'argent; au 4, d'azur au coq hardi d'or, crêté et barbé de gueules. Devise moderne: Ingenio et manu.
BOYSSETJean-Guillaume, médecin des armées, né à la Roque-Brou (Cantal), le 15 avril 1758. Chevalier de l'Empire (26 avril 1811). Son petit-fils, avocat, a été député au Corps législatif, en 1850, pour le département de Saône-et-Loire.De sable, à l'épée haute en pal d'argent montée d'or, tortillée d'un serpent de sinople et accostée de deux étoiles d'or; bordure cousue de gueules du tiers de l'écu, chargée du signe des chevaliers légionnaires, posé au deuxième point en chef.
BROUSSONNETmédecin en chef de l'hôpital de Montpellier et professeur de clinique à la faculté de médecine de cette ville, né à Montpellier. Chevalier de l'Empire (19 janvier 1811).Parti, au 1, d'azur à la bande componée d'or et de gueules, chargée de deux étoiles d'or sur le gueules et accompagnée en chef d'une étoile du même; au 2, de sable à l'épée haute en pal d'or, tortillée d'un serpent d'argent; bordure cousue de gueules du tiers de l'écu, chargée du signe des chevaliers légionnaires, posé au deuxième point en chef.
CABANISPierre-Jean-Georges, médecin et physiologiste distingué, sénateur, etc., né à Cosnac, en 1757, mort le 6 mai 1808, et inhumé au Panthéon. Le comte Cabanis avait épousé Mlle de Grouchy, soeur du maréchal de ce nom. Comte de l'Empire (1er mars 1808).D'argent, à la balance soutenue par une verge embrassée d'un serpent, le tout de sable; franc-quartier de comte-sénateur brochant au quart de l'écu.
CADET DE GASSICOURTCharles-Louis, pharmacien ordinaire de l'Empereur, membre du Conseil de salubrité de Paris, etc., né le 3 janvier 1769, mort en 1821. Chevalier de l'Empire (15 juillet 1810). Cette famille est encore très-honorablement représentée aujourd'hui à Paris.D'argent, au palmier terrassé de sinople, fruité d'or, adextré et senestré d'un rejeton aussi de sinople, celui de senestre plus élevé; champagne de gueules du tiers de l'écu, chargée du signe des chevaliers non légionnaires, qui est un annelet d'argent.
CHIFOLIAUmédecin principal des armées. Chevalier de l'Empire (5 janvier 1810).D'azur, au pal d'or chargé d'un bâton de sable accolé d'un serpent du même; champagne de gueules du tiers de l'écu chargée du signe des chevaliers légionnaires.
CORVISART-DESMARETSJean-Nicolas, premier médecin de l'Empereur, professeur à l'Ecole de médecine, etc., né à Dricourt (Ardennes), le 15 février 1755, mort le 18 septembre 1821. Baron de l'Empire (12 décembre 1808). Donataire de Fontainebleau.Écartelé, au 1, d'or, au coeur de gueules; au 2, des barons tirés des corps savants; au 3, de gueules, au lion d'argent; au 4, d'or, à la verge de sable tortillée d'un serpent, de sinople.
DAMELINCOURT ou D'HAMELINCOURTchirurgien-major au 33e de ligne. Chevalier de l'Empire (24 août 1811).D'azur, au coq hardi d'or, surmonté de deux étoiles en fasce d'argent; champagne cousue de gueules du tiers de l'écu, chargée du signe des chevaliers légionnaires.
DUFRICHE-DESGENETTESNicolas-René, médecin en chef des armées, inspecteur général du service de santé, médecin en chef du Val-de-Grâce, de la Garde impériale, puis des Invalides, maire du Xe arrondissement de Paris, etc., né à Alençon, le 23 mai 1762, mort à Paris le 3 février 1837. Baron de l'Empire (31 janvier 1810). Donataire.D'azur, à la massue en pal d'or, accostée d'un serpent d'argent, à la fasce d'or chargée de trois étoiles du champ, brochant sur le tout; franc-quartier de baron officier de santé, brochant au neuvième de l'écu.
DUBOISAntoine, ancien chirurgien en chef des armées, premier accoucheur de l'Impératrice, professeur à la Faculté de médecine de Paris, né à Gramat (Lot), le 19 juin 1758, mort le 30 mars 1837. Baron de l'Empire (23 avril 1812). Donataire.Coupé, au 1, parti, de sinople à la fleur de lotus d'argent, et des barons officiers de la maison de l'Empereur; au 2, d'or, à la louve au naturel, la tête en rencontre, allaitant un enfant de carnation, le tout soutenu d'une terrasse alaisée de sinople. (Le lotus est un souvenir de la campagne d'Egypte, et la louve allaitant le premier roi de la Rome antique fait allusion aux fonctions du baron Dubois, en qualité de premier accoucheur de I'Impératrice, qui mit au monde le Roi de Rome, Napoléon II.)
DUPUYTRENGuillaume, célèbre chirurgien, professeur, académicien, etc., né à Pierre-Buffière (Haute-Vienne), le 6 octobre 1777, mort le 8 février 1835. Baron sous la Restauration (1816).D'azur, à la bande d'or chargée d'une branche d'olivier de sinople, accompagnée en chef d'un coq d'or, la patte dextre levée, et en pointe d'une lampe allumée, aussi d'or.
HEURTELOUPNicolas, premier chirurgien des armées en 1795, chirurgien en chef de la grande armée, etc., né à Tours, le 26 novembre 1750, mort en avril 1812. Baron de l'Empire (16 décembre 1810).Écartelé, au 1, de sinople, au dextrochère ganté d'argent, mouvant du canton dextre du chef heurtant un loup ravissant, le corps contourné d'or, endenté d'argent; au 2, de sable, à trois massues, l'une sur l'autre, en fasce, d'or, accolées chacune d'un serpent du même, celle du milieu contournée; au 3, de gueules, à la tour crénelée de quatre pièces, d'argent; au 4, d'or, à la tête de maure de sable, tortillée, accolée et allumée d'argent, avec pendants d'oreille du même. Franc-quartier des barons officiers de santé, brochant au neuvième de l'écu.
HOINchirurgien aide-major des grenadiers de la garde. Chevalier de l'Empire (14 août 1813).D'or, au pal d'azur, chargé du signe des chevaliers de l'ordre impérial de la Réunion, adextré d'une verge de sable, accolée d'un serpent de sinople, et senestré d'un sabre en pal de sable, surmonté d'une grenade de gueules.
KITZchirurgien-major au 1er régiment de la Vistule. Chevalier de l'Empire (9 octobre 1813).Tiercé en pal, d'azur, de gueules et d'argent; l'azur, à la massue d'or accolée d'un serpent d'argent; le gueules, au signe des chevaliers légionnaires; l'argent, à une jambe vêtue d'azur, le pied chaussé d'un soulier à talon rehaussé, de sable, mouvant du flanc senestre, et soutenu de sinople.
LALLEMANDmédecin, maire de la ville de Nancy. Baron de l'Empire (19 juin 1813).De gueules au serpent vivré en pal d'argent, surmonté de deux étoiles d'or. Franc-quartier des barons maires, à la filière d'argent, brochant au neuvième de l'écu.
LANEFRANQUEmédecin attaché à la maison de l'Empereur, médecin en chef de l'hospice de Bicêtre. Chevalier de l'Empire (16 décembre 1810). Ce titre de chevalier a été confirmé en 1866, en faveur de son petit-fils, actuellement imprimeur à Bordeaux.De gueules, à trois chevrons d'or, accompagnés en chef de deux têtes de serpent du même. Champagne aussi de gueules, du tiers de l'écu, chargée du signe des chevaliers non légionnaires, qui est un annelet d'argent.
LARREYDominique-Jean, chirurgien en chef de l'hôpital de la garde impériale, inspecteur général du service de santé; né à Baudean (Hautes-Pyrénées) en 1766, mort le 15 juillet 1842. Baron de l'Empire (31 janvier 1810). Donataire.Écartelé, au 1, d'or au dromadaire contourné d'azur, adextré d'un palmier de sinople, le tout soutenu d'une terrasse du même; au 2, des barons officiers de santé attachés aux armées; au 3, d'azur à trois chevrons d'or; au 4, coupé: au 1, d'argent, à la barre dentelée de gueules chargée d'une raie (poisson) du champ; au 2, d'or, à la pyramide alaisée de sable.
LORINdocteur en médecine. Chevalier de l'Empire (11 septembre 1813).D'azur, au rocher à six coupeaux d'or, mouvant de la pointe, sommé de quatre lauriers de sinople fruités de sable, à l'orle d'or; bordure d'azur du tiers de l'écu chargée du signe des chevaliers de l'Ordre impérial de la Réunion, qui est une étoile à douze rais d'or, posée au deuxième point en chef.
MARCHANTNicolas-Damase, médecin, maire de la ville de Metz. Baron de l'Empire (11 octobre 1810).Écartelé, au 1, parti d'argent et de sable (armes de la ville de Metz); au 2, des barons maires; au 3, de gueules, au lion d'or armé d'une épée d'argent montée d'or; au 4, d'azur à la massue de sinople, accolée d'un serpent d'argent, surmontée d'une étoile du même.
MICHEL DE TRÉTAIGNEJean-Baptiste, médecin en chef de la 1re division militaire, né à Montluçon (Allier). Son fils a été maire d'un arrondissement de Paris, sous le deuxième Empire. Baron de l'Empire. (Le majorat afférent à ce titre ne fut établi qu'en 1829, par lettres-patentes du 11 décembre. Il est assis sur le domaine de Trétaigne, dans le département de l'Allier.).D'or, à deux chevrons de gueules, chargés d'une épée antique d'argent, posée en pal, entourée d'un serpent de sinople, le chevron supérieur accompagné en chef de deux étoiles d'azur. Couronne de baron. Supports : deux levrettes.
PASQUIERdocteur en médecine, chirurgien du roi Louis-Philippe. Baron sous la Restauration.D'azur, au chevron d'argent chargé en pointe d'une étoile de gueules, et sur les flancs de deux épées de sable, les pointes tournées vers l'étoile, accompagné en chef à dextre d'une aigle d'or, à senestre d'un lion du même, et en pointe d'un bâton d'Esculape d'argent. (Les émaux de quelques pièces sont douteux, l'auteur n'ayant eu pour les déterminer qu'un cachet d'ailleurs très-bien réussi.)
PAULLETchirurgien-major de la Garde impériale, chirurgien en chef adjoint de l'Empereur et de l'hôpital de la Garde. Chevalier de l'Empire (3 mai 1809).D'azur, à la bande cousue de gueules, chargée du signe des chevaliers légionnaires, accompagnée en chef de trois têtes d'Hippocrate d'or, 2 et 1, et en pointe d'une croix de Lorraine d'argent.
PELLETANPhilippe-Joseph, chirurgien et professeur distingué, premier chirurgien de l'Empereur, né à Paris en 1747, mort en 1829. Chevalier de l'Empire (16 décembre 1810).De sable, au palmier d'argent fruité de sinople; champagne de gueules du tiers de l'écu, au signe des chevaliers légionnaires.
PERCYPierre-François, chirurgien militaire éminent, inspecteur général du service de santé, membre de l'Institut, député des Cent-Jours, etc., né à Montagney (Doubs), en 1754, mort à Paris en 1825. Baron de l'Empire (14 avril 1810).Écartelé, au 1, d'or à la lampe de sable allumée de gueules; au 2, des barons officiers de santé attachés aux armées; au 3, d'azur au miroir d'argent en pal accolé d'un serpent tortillant d'or; au 4, d'or à la main de carnation ailée tenant un scalpel de sable et entourée d'une couronne de chêne de sinople.
PORTALAntoine, médecin célèbre et professeur au collège de France, premier médecin du roi Louis XVIII, président de l'Académie de médecine, né à Gaillac (Tarn), en 1742, mort en 1832. Chevalier de l'Empire (1808). Baron (1824).De pourpre, à la couleuvre vivrée posée en fasce d'or, accompagnée en chef d'un caducée d'argent posé en pal, et en pointe d'une tour crénelée de trois pièces, aussi d'argent, ouverte et maçonnée de sable; le tout adextré d'un pal de gueules du tiers de l'écu, au signe des chevaliers légionnaires. (On supprima le pal de gueules dans les armes de baron.)
POUSSIELGUEchirurgien principal des armées. Chevalier de l'Empire (4 mai 1810).De sable au chevron d'or, accompagné de deux étoiles d'argent en chef, et en pointe d'un serpent tortillant du même; champagne cousue de gueules du tiers de l'écu, chargée du signe des chevaliers légionnaires.
RENOULTchirurgien major de la gendarmerie d'élite. Chevalier de l'Empire (5 octobre 1808).D'azur, au palmier d'or accompagné à senestre d'un serpent ondoyé d'argent rampant au pied de l'arbre, et en chef d'un triangle flamboyant d'or chargé d'un Jéhovah hébraïque de sable; champagne cousue de gueules du tiers de l'écu, chargée du signe des chevaliers légionnaires.
RICHERANDAnthelme, chirurgien adjoint de l'hôpital Saint-Louis, professeur distingué, né à Belley (Ain), en 1779, mort en 1840. Chevalier, puis baron héréditaire en octobre 1829, sauf constitution de majorat. Ce majorat n'ayant pas été constitué en temps utile, un décret impérial de 1861 confirma le titre de baron héréditaire conféré au docteur Richerand, en faveur de son fils aîné.De gueules, au portail de l'hôpital Saint-Louis d'argent. maçonné de sable, surmonté de deux plumes d'or posées en sautoir. Supports: deux griffons ailés. Devise: Mérite et dévouement.
SUEJean-Joseph I), médecin en chef de la Garde impériale, etc., né en 1760, mort en 1830; père du célèbre romancier, Eugène Sue. Chevalier de l'Empire (21 décembre 1808).D'argent à la plante de pervenche au naturel terrassée de sinople, tortillée d'un serpent de sable lampassé de gueules, et senestrée en chef d'une étoile d'azur; champagne de gueules du tiers de l'écu, au signe des chevaliers légionnaires.
VARÉLIAUDchirurgien de l'Empereur, Chevalier de l'Empire (16 juillet 1810). Ce titre a été confirmé en faveur de son fils, vice-président du tribunal civil de Chartres, par décret impérial, il y a quelques années.Tiercé en pal, de sinople, d'or et de gueules; le sinople à trois chevrons d'argent; l'or plein; le gueules au signe des chevaliers non légionnaires, qui est un annelet d'argent.
VERGEZmédecin en chef des pages, des maisons impériales d'Ecouen, de Saint-Denis, etc. Chevalier de l'Empire (9 octobre 1813).Parti d'argent et d'or, coupé d'azur; l'argent, à la jambe de carnation coupée au-dessus du genou; l'or, au serpent se mordant la queue en cercle, de sinople; l'azur, au canon sur son affût contourné d'argent, flanqué de deux piles de boulets du même, celle à dextre de trois, celle à senestre de six, le tout soutenu de sinople; fascé de gueules du tiers de l'écu, brochant sur le tout, chargée du signe des chevaliers légionnaires.
YVANchirurgien ordinaire de l'Empereur, chirurgien en chef de l'hôtel impérial des Invalides, etc., mort le 30 décembre 1839. Baron de l'Empire (31 janvier 1810). Donataire de Fontainebleau.Écartelé, au 1, d'argent, à la tête de Minerve en profil de sable; au 2, des barons officiers attachés à la maison de l'Empereur; au 3, de gueules au coq d'argent, adextré en chef d'une étoile d'or; au 4, d'argent, au pélican et sa piété d'azur.
HALLÉJean-Noël, médecin célèbre, membre de l'Institut, premier médecin de l'Empereur, professeur au Collège de France, etc. né à Paris en 1754, mort en 1822. Chevalier de l'Empire. (Il nous a été impossible de nous procurer les armes conférées à M. Ballé en même temps que le titre de chevalier de l'Empire qui est toujours accolé à son nom sur les almanachs impériaux de la fin du premier Empire. Peut-être, comme beaucoup d'autres, ne furent-elles pas régularisées au conseil du sceau des titres.)

En terminant, nous ferons remarquer aux amateurs des éludes héraldiques, que les trente-six armoiries, dont la description précède, présentent une variété très-grande en ce qui concerne les signes distinctifs intérieurs adoptés sous l'Empire.
En effet, elles se décomposent comme suit :
1 COMTE avec le franc-quartier de sénateur (Cabanis);
14 BARONS, savoir: 3 avec le franc-quartier des officiers attachés à la maison de l'Empereur (Boyer, Dubois, Y van) ;
1, avec le franc-quartier des corps savants (Corvisart) ;
4, avec le franc-quartier des officiers de santé attachés aux armées (Desgenettes, Heurteloup, Larrey, Percy) ;
2, avec le franc-quartier des maires (Lallemand, Marchant) ;
4, sans franc-quartier, les armes ayant été accordées sous la Restauration (Dupuytren, Michel de Trétaigne, Pasquier, Richerand).
21 CHEVALIERS, savoir:
15, avec le signe des légionnaires;
3, avec le signe des non-légionnaires (Cadet-Gassicourt, Lanefranque, Varèliaud) ;
3, avec le signe de l'Ordre de la Réunion (Barailon, Hoin et Lorin).
L'Armorial de l'Empire par H. Simon, très-exact, mais incomplet et inachevé, ne donne d'ailleurs que onze des armoiries que nous venons de décrire, et il n'en renferme aucune des chevaliers non légionnaires ni des chevaliers de l'Ordre de la Réunion.